Etre en couple c'est sympa, mais...

{1}

Depuis toujours (aussi loin que je m’en souvienne en tout cas), j’ai eu besoin de plaire. A tout le monde. A n’importe quel moment. Je ne sais même pas pourquoi ça compte tellement pour moi puisqu’en réalité, une fois que j’ai ce que je veux, je me barre, mais il faut toujours que je me barre en ayant la certitude que les gens que je laissent derrière moi m’adorent. C’est comme ça.

Et peu importe le domaine. Que ce soit à l’école avec les profs, les autres élèves, le conducteur du bus, les dames de la cantines, les pions, le vigile de supermarché, les médecins, mes collègues, mes patrons, mais surtout : les mecs. On parle souvent d’hommes à femmes et bien moi je suis une femme à hommes. A une époque je les collectionnais. Virtuellement ou IRL, peu importe, il fallait constamment que j’en ai deux ou trois sous la main pour me distraire. J’étais plus friande des histoires courtes mais passionnées. Des plans culs. Des amitiés améliorées. J’en avais des tas des amis à cette époque…

Puis il y a eu Lui. Mon Lui avec un L majuscule. Probablement l’amour de ma vie. Même si parfois ça me fait chier de le reconnaître tellement il peut être imbuvable. Mais je l’aime et lui m’aime encore plus. Mais s’il savait ce que je faisais dans son dos, je pense qu’il changerait d’avis et qu’il me quitterait sans se retourner. C’est ça aussi que j’aime chez lui : pas de deuxième chance. Si tu perds sa confiance, c’est à vie. Et bizarrement, j’aime bien. Même si c’est dangereux pour moi. Même si je sais que je joue avec le feu.

Tout ça à cause de mon petit italien. Je lui parle bien. Surtout niveau sexe, il est bien plus créatif que Lui, bien plus attiré par mon physique aussi… C’est vrai, avant Lui, je ne tombais que sur des mecs qui étaient d’abord attirés par mon corps puis par ma personnalité. Mais Lui, pas du tout. C’est d’abord ma personnalité qui l’a séduite (vu qu’il ne savait pas à quoi je ressemblais derrière mon écran hormis quelques photos de mauvaises qualités) et ensuite ma personne. Mais même là, il n’est attiré par mon corps que parce qu’il m’aime. Ma poitrine volumineuse, il s’en fout. Mes fesses rebondies ? Aucun intérêt. Ma bouche pulpeuse, qu’est-ce que ça change ? Mes longues jambes ? Ca me permet visiblement pas de courir plus vite… Bref, mon corps n’est clairement pas ce qui l’attire le plus. Et c’est peut-être ça le problème. Bon, ce n’est sûrement pas QUE ça, mais ça y contribue.

J’ai pris l’habitude qu’on me complimente sur mon corps. Qu’on bave devant lui. Qu’on s’excite dès que je fais une photo où j’ai un décolleté un peu visible, mais Lui, il s’en fout. Sexuellement, je l’attire, ça je n’en doute pas, mais quelque part, j’arrive pas à m’enlever de la tête l’idée qu’il ne pourrait pas coucher avec moi s’il ne m’aimait pas. Et ça, ça me vexe. Ca me perturbe. Je ne sais pas trop, mais je n’aime pas.

J’ai besoin de me sentir désirée. C’est pour ça que l’Italien est tombé à pic. Lui il me désire comme j’aime. Alors j’ai failli faire une bêtise et profiter d’une semaine où j’étais seule pour le voir et passer une nuit de sexe débauché avec lui. Mais j’ai annulé. Prétextant le retour imprévu de Lui. Parce que, finalement, je ne me sens pas capable de Le tromper réellement… Imaginer que c’est possible est pour le moment suffisant. Du coup, je ne veux pas non plus couper les ponts avec l’Italien. Parce que je l’aime vraiment bien. Enfin, j’aimerai bien qu’on soit ami. Mais lui s’imagine déjà que je vais quitter Lui. Mais ça, ce n’est juste pas possible. Parce que Lui, c’est l’amour de ma vie. Véritablement. Mais il ne me suffit pas.

Si on était un couple libertin, ça serait plus simple. Mais Il n’est clairement pas assez ouvert d’esprit pour ça. Déjà qu’il refuse catégoriquement un plan à 3 avec moi et une autre fille… Quelque part, je peux comprendre, mais voilà, je sais qu’un jour, je finirai par le tromper. Et j’espère qu’il ne l’apprendra pas, sinon, il perdra toute confiance en l’amour à cause de moi. Et ça, c’est quelque chose que je ne peux pas accepter. Il mérite tellement mieux…

Des fois je me dis qu’on aurait dû rester amis puis je pense à nos baisers, à nos câlins et je me dis que ça serait du gâchis. On est fait l’un pour l’autre. Je suis juste probablement trop conne. Et trop en besoin d’attention.