Etre en couple c'est sympa, mais...

{2}

Vendredi soir, en rentrant, et sachant qu’Il partait pour le weekend, je n’ai pas pu m’empêcher de faire une cam avec l’Italien. Appelons le Ano. Je ne suis pas vraiment fan des cam. Pour tout dire, je n’aime pas ça. Seulement, le besoin d’être désirée est bien plus fort alors, approximativement, tous les 6 mois, je craque et je fais une cam avec un parfait (ou presque) inconnu. Parce que ça me rassure sur mon sex appeal. J’adore savoir que l’autre est excité de me voir me toucher. Mais c’est seulement une satisfaction purement...mentale. Physiquement, ça ne m’apporte rien. Physiquement, je simule. Les mots m’excitent plus que les images quand je parle à quelqu’un de réel. Autrement, je préfère le porno aux livres érotiques ou choses du même genre. Le porno m’est essentiel. Même en couple. Même en faisant l’amour au minimum une fois tous les deux jours. J’ai besoin de mon porno, à moi, tranquillement dans mon coin au moins deux à trois fois par semaine. Plus à certaines périodes.

Depuis que j’ai six ans je me masturbe. Je ne sais plus trop quand ça a commencé ou pourquoi. Mais depuis mes six ans, je suis obsédée par le sexe. Je me souviens des fantasmes que j’avais à cet âge là (et que j’ai toujours pour être honnête avec moi-même)... Des fantasmes tellement… malsains que je me demande sérieusement parfois si je ne suis pas encore plus tordue que ce que je pense. Pendant que les autres filles de mon âge rêvaient du prince charmant, moi je rêvais d’être une esclave sexuelle dans un harem, ne faisant rien d’autre que de satisfaire tous les désirs les plus pervers de son maître. Bien évidemment, dans ce harem, j’étais la pièce maîtresse. Les autres n’étaient là que pour montrer à quel point je leur étais supérieure. Toujours ce besoin incessant d’être plus importante que les autres. De compter plus. A n’importe quel prix. Même si pour cela je dois prendre sur moi et faire des choses que je n’aime pas. Les éjac' faciales ? Bien évidemment que ça me fait mouiller ! Me faire prendre en levrette par les deux trous par la même personne peu importe les risques sanitaires ? Mais oui, j’en ai toujours rêvé !

Des fois, je dis des choses beaucoup trop vite. Mon cerveau n’a même pas le temps de réaliser ce qu’on me dit que déjà ma bouche parle. Et du coup, très souvent, j’allume les mecs à un point inimaginables puis, d’un coup, plus rien. Je disparais. Je fuis. Je fais la morte. Pendant trois mois, six mois, un an. Puis un jour ils retentent de me parler et je réponds. Parce que je ne peux jamais m’empêcher de répondre à un ex. Peu importe le type d’ex. Parce que sur les 21 mecs avec qui j’ai couché IRL, il y en a à peu près 50 autres qui ont eu le droit à une cam, des photos ou des vidéos très explicites. Et quand ils reviennent me parler, je ne peux m’empêcher de leur répondre. Tout en étant secrètement heureuse de cette attention. Peu importe le degré d’importance que je pouvais leur donner.

Et des fois je me dis qu’on est deux en moi. Il y a la moi, posée qui rêve d’une vie stable, en couple avec le père de ses futurs enfants et ceux jusqu’à la fin des temps avec des projets tout à fait banals mais qui me donnent vraiment envie. Et de l’autre côté, il y a la moi qui a une peur bleue de toute forme d’engagement. Qui ne rêve que de plans cul et d’amourettes courtes. Qui veut juste profiter pleinement de sa jeunesse, du fait qu’elle plaise et espérer juste ne pas finir sa vie seule. Mais c’est tout. Pour cette partie là, tout repose sur le fait de profiter. Et je sais pertinemment que je ne pourrais jamais vivre que comme ça. Mais la partie que stable ne me plais pas non plus… Je suis les deux parties. Et il faudrait que je parvienne à trouver un équilibre pour ces deux parties. Mais ça ne pourra jamais se faire avec Lui. Du moins, pas en lui cachant la vérité… Et j’ai beau être une bonne menteuse, mentir aux gens que j’aime ne me fait jamais plaisir… Je le fais juste parce que c’est plus simple, mais je n’en suis pas fière.

Je verrai bien comment tout ça se déroule. A chaque fois que j’ai fais des plans, rien ne s’est passé comme prévu alors on va se calmer, respirer un bon coup et voir comment tout ça se passe. C’est plus sain. C’est plus simple.