Etre en couple c'est sympa, mais...

{4}

J’ai quand même l’impression d’être une belle pute avec Lui… Ce soir, Il m’a regardé droit dans les yeux, m’a fait Son petit sourire adorable et m’a dit qu’il était heureux d’être avec moi avant de me demander si c’était aussi bien que je l’avais imaginé de vivre à deux. J’ai senti mon coeur se serrer et je Lui ai répondu que oui en me serrant contre Lui. Comme si j’avais eu peur qu’Il puisse lire dans mon regard que j’en étais pas aussi sûre…

Ce matin j’y réfléchissais en le regardant dormir et le problème avec Lui, c’est qu’on a d’abord été amis avant de se mettre ensemble. Et je ne peux pas le perdre parce que c’est probablement le meilleur ami que je n’ai jamais eu… Quand on a décidé de se mettre ensemble, je lai essentiellement fait parce que je Le sentais prendre ses distances avec moi justement parce qu’il ressentait plus que de l’amitié pour moi et il n’était pas sûr de ce que je ressentais moi. Ce qui est normal étant donné que moi non plus je ne savais pas trop. Tout ce que je savais c’est que j’attendais avec impatience les moments où on se parlait, que ses messages me faisaient sourire bêtement et que j’avais terriblement envie qu’il soit heureux. Et à un moment je me suis dit que le meilleur moyen de men assurer était d’y participer. Et cette fois, je me suis lancée.

Parce que vouloir rendre quelqu’un heureux n’était pas une nouveauté pour moi, et même à présent je me surprends parfois à regretter ne pas pouvoir me scinder en plusieurs moi pour pouvoir rendre d’autres amis heureux. Parce que je sais que je rends les gens heureux. Je suis douée pour ça. Jusqu’à ce que je finisse par en avoir marre de faire passe le bonheur des autres avant le mien et que je fuis telle une lâche en laissant derrière les gens qui comptaient sur moi.

Et je me déteste pour ça. Finalement, je me demande si je veux réellement rendre les gens heureux ou si j’essaye juste de me prouver que je suis si géniale que tout le monde tombe sous mon charme… Franchement, je ne sais pas. Je ne sais pas si je suis quelqu’un de foncièrement gentil ou si je suis une pure manipulatrice. Est-ce qu’on peut être un pervers narcissique sans le savoir ?

C’est vrai que je manipule beaucoup. Je mens souvent. Je suis narcissique au point que je rêve de coucher avec un clone de ma personne et je suis sincèrement en admiration devant ma petite personne. Et je suis une perverse. Dans les faits, pas tellement, mais si on pouvait voir tout ce qu’il y avait à l’intérieur de la tête… Si on fouillait le disque dur de mon pc, j’ai fort à parier que je serai un peu dans la merde…

De toute façon, il me suffit de penser à quelques événements de mon passé pour voir que j’ai toujours été tordue… Je me souviens notamment de mes 7 ans jusqu’au déménagement où je n’arrêtais pas d’inviter ma meilleure amie à dormir à la maison juste pour pouvoir jouer au papa et à la maman et l’embrasser et la caresser dès qu’on se retrouvait seule. Et que j’avais été terriblement vexée quand elle m’avait dit qu’elle en avait parlé à sa mère qui lui avait dit qu’il ne fallait pas faire ça. Comme si je ne le savais pas qu’il ne fallait pas. C’était bien pour ça que moi je n’en parlais pas… Vu que je n’avais plus cette amie sous la main pour satisfaire mes lubies déviantes, je me suis vicieusement retournée vers mon petit frère… Pour moi ce n’était rien de grave, je lui demandais juste de me caresser la poitrine. Quelque chose d’aussi bon ne pouvait pas être malsain… Et maintenant, en y repensant, je me sens mal… J’espère que lui ne s’en souvient pas sinon quelle image a-t-il de moi ? Je ne pensais vraiment pas à mal à l’époque mais maintenant je me rends compte que c’était vraiment malsain et qu’à 7 ans, on ne devrait pas avoir ce genre de pensée… Ou bien j’idéalise trop les enfants... ? Je ne sais pas..

Tout ça pour dire que, si ça se trouve, je suis une perverse narcissique qui s’ignore. J’ai jamais fait le test en ce sens. Il faudrait que je tente. Parce que si jamais il s’avère que j’en suis une, peut être faudrait il que je m’abstienne de faire des enfants un jour…

Pour le moment, j’en suis pas là. Quoiqu’il en soit, j’ai toujours été (enfin, après mes 17 ans) assez sereine quant à mon avenir. Je savais que je finirai par être heureuse. Maintenant j’en doute.

Je pense que je vais rester avec Lui jusqu’à ce qu’il se lasse, s’il se lasse un jour. Je ne peux pas le blesser. Surtout que je ne suis pas certaine d’être mieux sans lui. Et puis, combien de femmes sont frustrées sexuellement en réalité ? Au moins Il a le mérite d’être attentif à mes désirs. Il n’y est pour rien si mes désirs sont trop… déviants pour Lui. Je ne peux pas le lui reprocher. C’est un conventionnel. J’étais au courant dès le début.

Je me sens résignée ce soir. Ce n’est pas un sentiment très agréable mais il a le mérite d’être stable. C’est bien la stabilité…