Etre en couple c'est sympa, mais... http://nalum.journalintime.com/ J'ai 24 ans. Je vis avec mon copain. En théorie c'est génial, dans les faits, ça l'est beaucoup moins. Surtout quand les tentations surgissent de partout... fr 2017-11-16T01:05:18+01:00 http://nalum.journalintime.com/6 {6} Je suis un putain de mec. Je l'aime. Je le sais que je l'aime. Ça crève les yeux que je l'aime. Mais... Mais des fois j'ai juste envie d'aller voir ailleurs. J'ai juste envie de baiser avec un autre mec. Juste comme ça. Pour le fun. Pour me dire que je peux encore plaire à quelqu'un d'autre. Que je peux être une putain de bonasse qui peut se taper des mecs canons. J'ai l'impression de me laisser trop aller avec lui. De le savoir acquis. De ne plus avoir envie de faire d'effort parce qu'il n'en fait pas pour moi. J'ai envie de faire du sport, mais ça me ferait chier de m'améliorer Je suis un putain de mec.

Je l’aime. Je le sais que je l’aime. Ça crève les yeux que je l’aime. Mais…

Mais des fois j’ai juste envie d’aller voir ailleurs. J’ai juste envie de baiser avec un autre mec. Juste comme ça. Pour le fun. Pour me dire que je peux encore plaire à quelqu’un d’autre. Que je peux être une putain de bonasse qui peut se taper des mecs canons.

J’ai l’impression de me laisser trop aller avec lui. De le savoir acquis. De ne plus avoir envie de faire d’effort parce qu’il n’en fait pas pour moi.

J’ai envie de faire du sport, mais ça me ferait chier de m’améliorer alors que lui ne fait rien. Ça me ferait chier de voir que si j’avais attendu un peu, si j’avais fait du sport avant j’aurais pu trouver mieux.

Des fois j’ai juste envie de me remettre sur le marché parce qu’une partie de moi pense mériter mieux que Lui.

Puis mon autre moi me fait réaliser qu’il est génial. Que je l’aime. Qu’on se marre tous les deux. Qu’on a des projets tous les deux. Et je me vois avec lui, dans notre maison, avec nos enfants. Et ça me fait rêver.

Mais je me vois aussi dans des soirées glauques. Totalement éméchée à me faire sauter par deux inconnus. Sans aucune dignité. Juste du plaisir brut. Du plaisir sale. Mais je ne suis pas sûre de vouloir assumer ce côté.

D’un autre côté, je me dis que, certes, je l’aime. Mais j’aime aussi les lasagnes, c’est pas pour autant que je ne veux manger que ça jusqu’à la fin de ma vie… Manger d’autres plats ça m’aide à me rappeler que j’aime les lasagnes justement. Si je mangeais des lasagnes tous les jours, je saturerais…

Est-ce qu’on peut vraiment comparer l’amour à de la bouffe ?

L’analogie peut sembler stupide, mais plus j’y pense et plus je me dis que c’est stupide cette idée de ne coucher qu’avec une seule personne jusqu’à la fin de sa vie. Je suis d’accord pour rester avec, mais aller voir ailleurs, ça peut aider à se souvenir pourquoi on reste…

Ou alors j’essaye juste de rationaliser le fait que je suis une connasse. C’est probable.

Je m’aime, mais je suis une sacrée conne des fois. Désolée mon amour… J’aimerais tellement savoir être heureuse de n’avoir que toi. Mais je crois que j’en suis incapable… La seule chose que je peux essayer de faire c’est de craquer le plus tard et le moins souvent possible. Dans l’immédiat, je ne peux pas faire plus.

]]>
2017-11-16T01:05:18+01:00
http://nalum.journalintime.com/5 {5} Je Le désire moins. Maintenant, à chaque fois que je vois l'excitation dans son regard une sorte de lassitude s'empare de moi. Et je pense à Ano. Ano qui parvient à me faire mouiller en un sms rien qu'en me disant qu'il a envie de moi. En un snap rien qu'on me montrant une photo de son boxer déformé par son excitation. Et il y a Lui. Lui et ses tentatives maladroites pour me dire qu'Il me désire. Lui posant sa main sur mon entrejambe pour voir si je suis aussi excitée que lui et voir que je ne le suis pas. Alors là il passe aux choses intéressantes et là je ne peux plus Lui Je Le désire moins. Maintenant, à chaque fois que je vois l’excitation dans son regard une sorte de lassitude s’empare de moi. Et je pense à Ano. Ano qui parvient à me faire mouiller en un sms rien qu’en me disant qu’il a envie de moi. En un snap rien qu’on me montrant une photo de son boxer déformé par son excitation. Et il y a Lui. Lui et ses tentatives maladroites pour me dire qu’Il me désire. Lui posant sa main sur mon entrejambe pour voir si je suis aussi excitée que lui et voir que je ne le suis pas. Alors là il passe aux choses intéressantes et là je ne peux plus Lui résister.

Il me connaît trop bien. Il sait comment faire pour faire monter mon excitation. Une main glissée sous mon débardeur puis deux doigts venant pincer délicieusement mon téton jusqu’à me faire gémir de plaisir. Je ne sais même pas pourquoi je suis plus sensible à ce niveau… Le clitoris c’est sympa mais les seins c’est tellement mieux. Je ne sais même pas pourquoi Il ne commence pas directement par là. Je veux dire, ça fonctionne à tous les coups. On pince, on mordille et on lèche et je suis partie pour une partie de sexe endiablée. Et oublié le Ano.

En fait, je dois avoir un cerveau de mec (est ce que c’est sexiste de dire ça ?), du moins un cerveau de mec tel qu’on se l’imagine dans les clichés. Dès qu’on me touche les seins, je suis incapable de dire non. C’est plus fort que moi. Je dois céder. Je suis faible face à l’appel de la chair. Je dois aussi plus penser avec mon entrejambe qu’autre chose moi…

Je suis pas le genre de meuf qui ira coucher ailleurs parce que ça se passe mal avec son officiel. Non, moi j’irai ailleurs parce que mon officiel ne veut pas me donner du sexe bestial. J’aime les histoires de domination et soumission, mais Lui il en a horreur. Alors je ne cherche pas à argumenter. Forcer les autres à faire des concessions, c’est pas mon genre. Soit on est sur la même longueur d’onde, soit tant pis, je cherche ce dont j’ai besoin (envie ?) ailleurs. Et encore une fois, je mens en me disant que ça évite que tout le monde souffre. Ou pour me simplifier la vie ? En tout cas, le résultat est le même : je cache les choses et je garde tout pour moi.

Des fois, je me dis que ce n’est pas étonnant que je sois aussi épuisée. À force de faire des efforts d’imagination pour mentir et me souvenir de mes mensonges, je dois fatiguer au possible mon cerveau. Finalement, être franc, c’est plus reposant. Faut croire que je n’aime pas être reposée…

]]>
2017-10-12T23:24:59+02:00
http://nalum.journalintime.com/4 {4} J'ai quand même l'impression d'être une belle pute avec Lui... Ce soir, Il m'a regardé droit dans les yeux, m'a fait Son petit sourire adorable et m'a dit qu'il était heureux d'être avec moi avant de me demander si c'était aussi bien que je l'avais imaginé de vivre à deux. J'ai senti mon coeur se serrer et je Lui ai répondu que oui en me serrant contre Lui. Comme si j'avais eu peur qu'Il puisse lire dans mon regard que j'en étais pas aussi sûre... Ce matin j'y réfléchissais en le regardant dormir et le problème avec Lui, c'est qu'on a d'abord été amis avant de se mettre J’ai quand même l’impression d’être une belle pute avec Lui… Ce soir, Il m’a regardé droit dans les yeux, m’a fait Son petit sourire adorable et m’a dit qu’il était heureux d’être avec moi avant de me demander si c’était aussi bien que je l’avais imaginé de vivre à deux. J’ai senti mon coeur se serrer et je Lui ai répondu que oui en me serrant contre Lui. Comme si j’avais eu peur qu’Il puisse lire dans mon regard que j’en étais pas aussi sûre…

Ce matin j’y réfléchissais en le regardant dormir et le problème avec Lui, c’est qu’on a d’abord été amis avant de se mettre ensemble. Et je ne peux pas le perdre parce que c’est probablement le meilleur ami que je n’ai jamais eu… Quand on a décidé de se mettre ensemble, je lai essentiellement fait parce que je Le sentais prendre ses distances avec moi justement parce qu’il ressentait plus que de l’amitié pour moi et il n’était pas sûr de ce que je ressentais moi. Ce qui est normal étant donné que moi non plus je ne savais pas trop. Tout ce que je savais c’est que j’attendais avec impatience les moments où on se parlait, que ses messages me faisaient sourire bêtement et que j’avais terriblement envie qu’il soit heureux. Et à un moment je me suis dit que le meilleur moyen de men assurer était d’y participer. Et cette fois, je me suis lancée.

Parce que vouloir rendre quelqu’un heureux n’était pas une nouveauté pour moi, et même à présent je me surprends parfois à regretter ne pas pouvoir me scinder en plusieurs moi pour pouvoir rendre d’autres amis heureux. Parce que je sais que je rends les gens heureux. Je suis douée pour ça. Jusqu’à ce que je finisse par en avoir marre de faire passe le bonheur des autres avant le mien et que je fuis telle une lâche en laissant derrière les gens qui comptaient sur moi.

Et je me déteste pour ça. Finalement, je me demande si je veux réellement rendre les gens heureux ou si j’essaye juste de me prouver que je suis si géniale que tout le monde tombe sous mon charme… Franchement, je ne sais pas. Je ne sais pas si je suis quelqu’un de foncièrement gentil ou si je suis une pure manipulatrice. Est-ce qu’on peut être un pervers narcissique sans le savoir ?

C’est vrai que je manipule beaucoup. Je mens souvent. Je suis narcissique au point que je rêve de coucher avec un clone de ma personne et je suis sincèrement en admiration devant ma petite personne. Et je suis une perverse. Dans les faits, pas tellement, mais si on pouvait voir tout ce qu’il y avait à l’intérieur de la tête… Si on fouillait le disque dur de mon pc, j’ai fort à parier que je serai un peu dans la merde…

De toute façon, il me suffit de penser à quelques événements de mon passé pour voir que j’ai toujours été tordue… Je me souviens notamment de mes 7 ans jusqu’au déménagement où je n’arrêtais pas d’inviter ma meilleure amie à dormir à la maison juste pour pouvoir jouer au papa et à la maman et l’embrasser et la caresser dès qu’on se retrouvait seule. Et que j’avais été terriblement vexée quand elle m’avait dit qu’elle en avait parlé à sa mère qui lui avait dit qu’il ne fallait pas faire ça. Comme si je ne le savais pas qu’il ne fallait pas. C’était bien pour ça que moi je n’en parlais pas… Vu que je n’avais plus cette amie sous la main pour satisfaire mes lubies déviantes, je me suis vicieusement retournée vers mon petit frère… Pour moi ce n’était rien de grave, je lui demandais juste de me caresser la poitrine. Quelque chose d’aussi bon ne pouvait pas être malsain… Et maintenant, en y repensant, je me sens mal… J’espère que lui ne s’en souvient pas sinon quelle image a-t-il de moi ? Je ne pensais vraiment pas à mal à l’époque mais maintenant je me rends compte que c’était vraiment malsain et qu’à 7 ans, on ne devrait pas avoir ce genre de pensée… Ou bien j’idéalise trop les enfants... ? Je ne sais pas..

Tout ça pour dire que, si ça se trouve, je suis une perverse narcissique qui s’ignore. J’ai jamais fait le test en ce sens. Il faudrait que je tente. Parce que si jamais il s’avère que j’en suis une, peut être faudrait il que je m’abstienne de faire des enfants un jour…

Pour le moment, j’en suis pas là. Quoiqu’il en soit, j’ai toujours été (enfin, après mes 17 ans) assez sereine quant à mon avenir. Je savais que je finirai par être heureuse. Maintenant j’en doute.

Je pense que je vais rester avec Lui jusqu’à ce qu’il se lasse, s’il se lasse un jour. Je ne peux pas le blesser. Surtout que je ne suis pas certaine d’être mieux sans lui. Et puis, combien de femmes sont frustrées sexuellement en réalité ? Au moins Il a le mérite d’être attentif à mes désirs. Il n’y est pour rien si mes désirs sont trop… déviants pour Lui. Je ne peux pas le lui reprocher. C’est un conventionnel. J’étais au courant dès le début.

Je me sens résignée ce soir. Ce n’est pas un sentiment très agréable mais il a le mérite d’être stable. C’est bien la stabilité…

]]>
2017-10-12T00:13:00+02:00
http://nalum.journalintime.com/3 {3} Ano est vraiment quelqu'un de bien. Depuis que je me pose des questions sur ce que je désire vraiment, il est là pour m'écouter et me conseiller. Et ça me touche beaucoup surtout que ses conseils sont vraiment objectifs. Il ne cherche pas à rompre absolument mon couple. Bien évidemment, quand il peut descendre un peu Lui, il le fait, mais ça reste raisonnable. Je lui disais que je dormais mal depuis que j'étais rentrée parce que je réfléchissais beaucoup. Je vais copier/coller la discussion parce que j'ai pas la motivation de la rapporter, mais je veux en garder une trace : Moi : Ano est vraiment quelqu’un de bien. Depuis que je me pose des questions sur ce que je désire vraiment, il est là pour m’écouter et me conseiller. Et ça me touche beaucoup surtout que ses conseils sont vraiment objectifs. Il ne cherche pas à rompre absolument mon couple. Bien évidemment, quand il peut descendre un peu Lui, il le fait, mais ça reste raisonnable.

Je lui disais que je dormais mal depuis que j’étais rentrée parce que je réfléchissais beaucoup. Je vais copier/coller la discussion parce que j’ai pas la motivation de la rapporter, mais je veux en garder une trace :

Moi : J’ai l’impression que ma vie actuelle me convient pas des masses pour le moment, que j’ai été trop vite et que je vais regretter plus tard de ne pas avoir plus profité...
Mais je me dis aussi que c’est peut-être juste une crise des 25 ans un peu en avance

Ano : Secoue lui les puces a ton mec ça devrait déjà faire avancer les choses ou pas. Tu seras fixé du coup

Moi : Je sais pas faire ça moi…

Ano : Mais il faut que tu le fasses sinon rien va bouger pour toi
Tu vas tenfermer dans ce quotidien qui ne te plait plus

Moi : Je le sais en plus mais je déteste la confrontation...
Je sais même pas comment on fait, je ne me prends jamais la tête avec qui que ce soit…

Ano : C’est pas se prendre la tête c’est discuter
Tu pense que tu vas te prendre la tête parce que lui va le prendre pour un affront
Tu lui parle calmement , lui que ça ne peux plus durer et que si il t’aime vraiment il devrait faire les choses pour te rendre heureuse car tu ne lest plus
Dis lui la vérité

Moi : Je sais que tu as raison mais rien que d’y penser ça me retourne l’estomac et je sais très bien que je vais me dégonfler… Je suis le genre de personne qui attend que l’autre se lasse et parte de lui même…

Ano : T’es dans la merde si t’attends
Il va pas le lasser il a la belle vie

Moi : Peut être quand il travaillera et qu’il rencontrera d’autres gens ?

Ano : Et tu vas vraiment attendre ça ? !

Moi : J’sais pas… Je lui laisse jusqu’en janvier, après je verrai comment tout ça se goupille...
Je veux pas le forcer à changer, je veux qu’il change parce qu’il se rendra compte par lui-même qu’il faut changer. J’aime pas dire aux gens ce qu’ils ont à faire

Ano : D’accord ^^

Et voilà. Je sais qu’il a raison, que je ne devrais pas laisser la situation pourrir. Mais je n’y peux rien. J’en suis incapable. Je déteste la vérité. J’aime être consciente des choses, mais les dires aux autres, c’est trop pour moi. Parce que mon mal être est subjectif. En vrai je n’ai pas de quoi me plaindre. Même si Lui est au chômage que ça me pèse. Ça me pèse que tout le monde pense qu’Il est absolument parfait, qu’Il fait 20km de vélo par jour pour aller travailler alors qu’en réalité je suis la seule à subvenir à nos besoins. Et il m’a posé la question un jour. "Est-ce que ça te travaille que je ne travaille pas ?" Mon coeur,mes entrailles et mon cerveau ont hurlé que oui, ma bouche, elle, a répondu que non. Qu’on s’en sortait comme ça. C’est vrai, mais ça me pèse. Mais je fuis toute situation malaisante.

Des fois je me dis que si j’étais moins sensible à la pression sociale ma vie serait plus simple. Je gagnerai ma vie en couchant avec des mecs pas trop moches… Il y en a plein qui sont près à débourser 500€ juste pour un peu de sexe débridé en toute discrétion le temps d’une soirée… Même si jusqu’à présent j’ai toujours refusé catégoriquement parce que j’ai un ego beaucoup trop développé et l’idée qu’on puisse m’acheter me hérisse le poil. Mais d’un autre côté, si je décide de qui, de quand et de comment, c’est juste joindre l’utile (gagner de l’argent) à l’agréable (le sexe). Si je me sentais moins obligée de reproduire la vie de mes parents, je serai beaucoup plus en accord avec moi-même…

Depuis le mois de juin je vis avec ce sentiment de ne pas être celle que je suis. Je trouve ça dingue d’avoir réussi à tenir aussi longtemps sans craquer. Parce que j’aurais pu. Même J. qui ne donnait plus signe de vie depuis...5 ans a réapparu. Et je kiffais bien J. Je pourrais aussi recontacter G. qui n’attend que ça depuis 2 ans. Ou bien Thor qui attend ça depuis un an et qui m’a proposé de venir un jour maintenant qu’il n’habite pas loin… Et ils me tentent tous autant qu’ils sont, c’est aussi ça qui me fait dire que je L’aime vraiment. C’est juste que ce n’est pas assez. J’ai besoin de sexe diversifié pour me sentir bien. Jamais un seul homme pourra me combler à la perfection. Jamais un seul homme pourra me combler plus que Lui. Il faut juste que je me fasse à l’idée que personne ne sera jamais suffisant pour moi. C’est pourquoi j’ai réellement besoin de multiplier les relations. Je ne vois que ça…

Je crois que ça fait de moi une belle enfoirée. J’aimerai dire que j’assume mais ça n’est pas le cas. Je dois pourtant me résoudre à cette idée…

]]>
2017-10-10T23:37:00+02:00
http://nalum.journalintime.com/2 {2} Vendredi soir, en rentrant, et sachant qu'Il partait pour le weekend, je n'ai pas pu m'empêcher de faire une cam avec l'Italien. Appelons le Ano. Je ne suis pas vraiment fan des cam. Pour tout dire, je n'aime pas ça. Seulement, le besoin d'être désirée est bien plus fort alors, approximativement, tous les 6 mois, je craque et je fais une cam avec un parfait (ou presque) inconnu. Parce que ça me rassure sur mon sex appeal. J'adore savoir que l'autre est excité de me voir me toucher. Mais c'est seulement une satisfaction purement...mentale. Physiquement, ça ne m'apporte rien. Vendredi soir, en rentrant, et sachant qu’Il partait pour le weekend, je n’ai pas pu m’empêcher de faire une cam avec l’Italien. Appelons le Ano. Je ne suis pas vraiment fan des cam. Pour tout dire, je n’aime pas ça. Seulement, le besoin d’être désirée est bien plus fort alors, approximativement, tous les 6 mois, je craque et je fais une cam avec un parfait (ou presque) inconnu. Parce que ça me rassure sur mon sex appeal. J’adore savoir que l’autre est excité de me voir me toucher. Mais c’est seulement une satisfaction purement...mentale. Physiquement, ça ne m’apporte rien. Physiquement, je simule. Les mots m’excitent plus que les images quand je parle à quelqu’un de réel. Autrement, je préfère le porno aux livres érotiques ou choses du même genre. Le porno m’est essentiel. Même en couple. Même en faisant l’amour au minimum une fois tous les deux jours. J’ai besoin de mon porno, à moi, tranquillement dans mon coin au moins deux à trois fois par semaine. Plus à certaines périodes.

Depuis que j’ai six ans je me masturbe. Je ne sais plus trop quand ça a commencé ou pourquoi. Mais depuis mes six ans, je suis obsédée par le sexe. Je me souviens des fantasmes que j’avais à cet âge là (et que j’ai toujours pour être honnête avec moi-même)... Des fantasmes tellement… malsains que je me demande sérieusement parfois si je ne suis pas encore plus tordue que ce que je pense. Pendant que les autres filles de mon âge rêvaient du prince charmant, moi je rêvais d’être une esclave sexuelle dans un harem, ne faisant rien d’autre que de satisfaire tous les désirs les plus pervers de son maître. Bien évidemment, dans ce harem, j’étais la pièce maîtresse. Les autres n’étaient là que pour montrer à quel point je leur étais supérieure. Toujours ce besoin incessant d’être plus importante que les autres. De compter plus. A n’importe quel prix. Même si pour cela je dois prendre sur moi et faire des choses que je n’aime pas. Les éjac' faciales ? Bien évidemment que ça me fait mouiller ! Me faire prendre en levrette par les deux trous par la même personne peu importe les risques sanitaires ? Mais oui, j’en ai toujours rêvé !

Des fois, je dis des choses beaucoup trop vite. Mon cerveau n’a même pas le temps de réaliser ce qu’on me dit que déjà ma bouche parle. Et du coup, très souvent, j’allume les mecs à un point inimaginables puis, d’un coup, plus rien. Je disparais. Je fuis. Je fais la morte. Pendant trois mois, six mois, un an. Puis un jour ils retentent de me parler et je réponds. Parce que je ne peux jamais m’empêcher de répondre à un ex. Peu importe le type d’ex. Parce que sur les 21 mecs avec qui j’ai couché IRL, il y en a à peu près 50 autres qui ont eu le droit à une cam, des photos ou des vidéos très explicites. Et quand ils reviennent me parler, je ne peux m’empêcher de leur répondre. Tout en étant secrètement heureuse de cette attention. Peu importe le degré d’importance que je pouvais leur donner.

Et des fois je me dis qu’on est deux en moi. Il y a la moi, posée qui rêve d’une vie stable, en couple avec le père de ses futurs enfants et ceux jusqu’à la fin des temps avec des projets tout à fait banals mais qui me donnent vraiment envie. Et de l’autre côté, il y a la moi qui a une peur bleue de toute forme d’engagement. Qui ne rêve que de plans cul et d’amourettes courtes. Qui veut juste profiter pleinement de sa jeunesse, du fait qu’elle plaise et espérer juste ne pas finir sa vie seule. Mais c’est tout. Pour cette partie là, tout repose sur le fait de profiter. Et je sais pertinemment que je ne pourrais jamais vivre que comme ça. Mais la partie que stable ne me plais pas non plus… Je suis les deux parties. Et il faudrait que je parvienne à trouver un équilibre pour ces deux parties. Mais ça ne pourra jamais se faire avec Lui. Du moins, pas en lui cachant la vérité… Et j’ai beau être une bonne menteuse, mentir aux gens que j’aime ne me fait jamais plaisir… Je le fais juste parce que c’est plus simple, mais je n’en suis pas fière.

Je verrai bien comment tout ça se déroule. A chaque fois que j’ai fais des plans, rien ne s’est passé comme prévu alors on va se calmer, respirer un bon coup et voir comment tout ça se passe. C’est plus sain. C’est plus simple.

]]>
2017-10-09T20:37:48+02:00
http://nalum.journalintime.com/1 {1} Depuis toujours (aussi loin que je m'en souvienne en tout cas), j'ai eu besoin de plaire. A tout le monde. A n'importe quel moment. Je ne sais même pas pourquoi ça compte tellement pour moi puisqu'en réalité, une fois que j'ai ce que je veux, je me barre, mais il faut toujours que je me barre en ayant la certitude que les gens que je laissent derrière moi m'adorent. C'est comme ça. Et peu importe le domaine. Que ce soit à l'école avec les profs, les autres élèves, le conducteur du bus, les dames de la cantines, les pions, le vigile de supermarché, les médecins, mes collègues, Depuis toujours (aussi loin que je m’en souvienne en tout cas), j’ai eu besoin de plaire. A tout le monde. A n’importe quel moment. Je ne sais même pas pourquoi ça compte tellement pour moi puisqu’en réalité, une fois que j’ai ce que je veux, je me barre, mais il faut toujours que je me barre en ayant la certitude que les gens que je laissent derrière moi m’adorent. C’est comme ça.

Et peu importe le domaine. Que ce soit à l’école avec les profs, les autres élèves, le conducteur du bus, les dames de la cantines, les pions, le vigile de supermarché, les médecins, mes collègues, mes patrons, mais surtout : les mecs. On parle souvent d’hommes à femmes et bien moi je suis une femme à hommes. A une époque je les collectionnais. Virtuellement ou IRL, peu importe, il fallait constamment que j’en ai deux ou trois sous la main pour me distraire. J’étais plus friande des histoires courtes mais passionnées. Des plans culs. Des amitiés améliorées. J’en avais des tas des amis à cette époque…

Puis il y a eu Lui. Mon Lui avec un L majuscule. Probablement l’amour de ma vie. Même si parfois ça me fait chier de le reconnaître tellement il peut être imbuvable. Mais je l’aime et lui m’aime encore plus. Mais s’il savait ce que je faisais dans son dos, je pense qu’il changerait d’avis et qu’il me quitterait sans se retourner. C’est ça aussi que j’aime chez lui : pas de deuxième chance. Si tu perds sa confiance, c’est à vie. Et bizarrement, j’aime bien. Même si c’est dangereux pour moi. Même si je sais que je joue avec le feu.

Tout ça à cause de mon petit italien. Je lui parle bien. Surtout niveau sexe, il est bien plus créatif que Lui, bien plus attiré par mon physique aussi… C’est vrai, avant Lui, je ne tombais que sur des mecs qui étaient d’abord attirés par mon corps puis par ma personnalité. Mais Lui, pas du tout. C’est d’abord ma personnalité qui l’a séduite (vu qu’il ne savait pas à quoi je ressemblais derrière mon écran hormis quelques photos de mauvaises qualités) et ensuite ma personne. Mais même là, il n’est attiré par mon corps que parce qu’il m’aime. Ma poitrine volumineuse, il s’en fout. Mes fesses rebondies ? Aucun intérêt. Ma bouche pulpeuse, qu’est-ce que ça change ? Mes longues jambes ? Ca me permet visiblement pas de courir plus vite… Bref, mon corps n’est clairement pas ce qui l’attire le plus. Et c’est peut-être ça le problème. Bon, ce n’est sûrement pas QUE ça, mais ça y contribue.

J’ai pris l’habitude qu’on me complimente sur mon corps. Qu’on bave devant lui. Qu’on s’excite dès que je fais une photo où j’ai un décolleté un peu visible, mais Lui, il s’en fout. Sexuellement, je l’attire, ça je n’en doute pas, mais quelque part, j’arrive pas à m’enlever de la tête l’idée qu’il ne pourrait pas coucher avec moi s’il ne m’aimait pas. Et ça, ça me vexe. Ca me perturbe. Je ne sais pas trop, mais je n’aime pas.

J’ai besoin de me sentir désirée. C’est pour ça que l’Italien est tombé à pic. Lui il me désire comme j’aime. Alors j’ai failli faire une bêtise et profiter d’une semaine où j’étais seule pour le voir et passer une nuit de sexe débauché avec lui. Mais j’ai annulé. Prétextant le retour imprévu de Lui. Parce que, finalement, je ne me sens pas capable de Le tromper réellement… Imaginer que c’est possible est pour le moment suffisant. Du coup, je ne veux pas non plus couper les ponts avec l’Italien. Parce que je l’aime vraiment bien. Enfin, j’aimerai bien qu’on soit ami. Mais lui s’imagine déjà que je vais quitter Lui. Mais ça, ce n’est juste pas possible. Parce que Lui, c’est l’amour de ma vie. Véritablement. Mais il ne me suffit pas.

Si on était un couple libertin, ça serait plus simple. Mais Il n’est clairement pas assez ouvert d’esprit pour ça. Déjà qu’il refuse catégoriquement un plan à 3 avec moi et une autre fille… Quelque part, je peux comprendre, mais voilà, je sais qu’un jour, je finirai par le tromper. Et j’espère qu’il ne l’apprendra pas, sinon, il perdra toute confiance en l’amour à cause de moi. Et ça, c’est quelque chose que je ne peux pas accepter. Il mérite tellement mieux…

Des fois je me dis qu’on aurait dû rester amis puis je pense à nos baisers, à nos câlins et je me dis que ça serait du gâchis. On est fait l’un pour l’autre. Je suis juste probablement trop conne. Et trop en besoin d’attention.

]]>
2017-10-05T01:41:22+02:00